Spécificité de notre monastère

« Nous ne pouvons ni tolérer, ni fermer les yeux sur aucune forme de racisme ou d’exclusion et prétendre défendre le caractère sacré de toute vie humaine » a proclamé le Pape François début janvier 2022.

Le monastère laïque du Gai-rire est l’un des bastions fragiles de la tradition apophatique (du grec apophasis = loin de l’apparence). Cette très ancienne tradition n’appartient, en propre, à aucune religion ni à aucune Eglise.

Elle permettait d’éviter les querelles entre chapelles et religions et, bien qu’elle date d’avant Jésus-Christ, la tradition apophatique est très « moderne », puisque déjà elle poursuivait les mêmes buts que la « laïcité » :

– la laïcité proclame qu’aucune Religion ne possède le monopole de la foi juste et souhaitable.

– la tradition apophatique, elle, dit que « Dieu » n’est pas connaissable par l’intelligence, ni saisissable par la sensibilité. « L’Un » (erhad) reste à jamais indicible et incompréhensible. Selon elle, toute « théologie » qui affirme ce qu’est le Seigneur et comment il fonctionne, n’a aucun fondement et nous entraîne à la superstition et à l’idolâtrie. Il n’est pas interdit de donner un Nom à l’Indicible, mais ce peut être très dangereux nous dit la 3ème  Parole des Tables de la Loi. Prononcer, à la légère, le mot « Dieu », « Allah », ou tout autre Nom qui qualifie l’essence divine, et s’accrocher alors à ce Nom, a toujours provoqué la guerre.

Nous sommes toutefois bien conscients que le terme « monastère laïque » peut ébranler certains « croyants », ainsi que quelques athées purs et durs, pour qui l’assemblage des mots « monastère »  et « laïque » peut sembler un non-sens, un blasphème, ou même une provocation. Nous espérons qu’ils ne nous tiendront pas rigueur de déranger quelque peu ce qui, selon nous, doit l’être ! »