L’Art du Clown

« Le rire engendre le plaisir
et le plaisir engendre la joie
et la joie engendre l’amour
et l’amour engendre la personne »

Maître Eckhart (1260-1327)

Qu’il soit amateur ou professionnel, le clown peut faire peur.
Pour certains clowns, le bonheur est d’être quelqu’un d’autre, de sortir de soi parce qu’on ne s’aime pas ; ils se cachent alors derrière des techniques, des grimaces et essayent de faire rire le public, de cabrioles en tartes à la crème.
Le mensonge est tellement énorme, le mal-être du clown tellement évident que les enfants rient pour ne pas être touchés par cette souffrance.
Vient un temps où le clown n’a plus envie d’être qui que ce soit d’autre que lui-même. Il devient alors clown-thérapeute, libre, à l’écoute de la souffrance des autres, en résonance à la sienne propre, dont il apprend à ne plus avoir peur.
Ce clown-là fait sourire… ou rire, de tendresse et d’amour.
Un clown « ne fait pas le clown », qu’il soit amateur ou professionnel, il « est clown ». Il n’a plus besoin de rétributions qui valoriseraient son ego, il n’est plus le Docteur Machin, ou le PDG Truc, quand il met son nez rouge pour donner du bonheur, il oublie son ego.

Une façon de s’aimer…

Un outil pour la santé

On a prouvé que le rire accroît la sécrétion de catécholamines et d’endorphines lesquelles, à leur tour, augmentent l’oxygénation du sang, diminuent la tension artérielle et également, soutiennent l’activité cardiaque, ce qui a un effet positif sur l’ensemble des maladies cardiovasculaires et restaure le fonctionnement de la réponse immunitaire.extrait du film Dr Patch

d’après la vie du docteur « Patch » Adams,
parrain de l’association « A Votre Santé ».

Gai-rire, c’est se remettre au monde !

Art thérapie Chorale Tro Breiz

Les commentaires sont fermés.