Tro Breiz 2018

Au cours de ce Tro Breiz, sur le circuit de l’Art dans les Chapelles, nous avons vécu un moment d’intense émotion lorsque, après avoir bien pédalé toute la journée, nous sommes arrivés à la dernière chapelle, perchée sur la plus haute colline de la région de Pontivy.
Était-ce le lieu, était-ce l’empathie du jeune guide qui nous avait fait visiter le lieu ? Spontanément, notre petit groupe se réunit en cercle pour entonner le Salve Regina. Jamais de notre vie, nous n’avions entendu plus beau cœur chanter le Salve, comme si l’acoustique exceptionnelle de cette chapelle donnait à nos voix une dimension « angélique » !
Un pur moment de bonheur.
Photo : Notre-Dame de Quelven « ouverte », remarquable statue ouvrante du XVe : la Vierge assise tient l’Enfant debout sur ses genoux. Le corps, telle une armoire, s’ouvre pour dévoiler un triptyque finement sculpté de 12 sous-reliefs illustrant le passion du Christ.

Séminaire Vélo, témoignage d’un habitué.

Mes premiers souvenirs de séminaire « vélo » remontent à 2006, sous la houlette de frère Fabien. Nous étions un groupe d’adultes, accompagnant des ados, sur le chemin de halage du canal de la Rance, de Rennes à St Jacut-de-la-Mer : moment joyeux avec un côté « camp de vacances ». Puis vint le temps de l’orthodoxie, avec une véritable étape du Tro Breiz chaque année, un groupe nombreux, une formidable logistique (avec Françoise Tate en maîtresse de maison itinérante) : un monastère sur pneumatique, en somme !

Depuis quelques années, le groupe est plus restreint, nous avons quitté les sentiers canoniques du Tro Breiz pour emprunter les chemins buissonniers des chapelles du centre Bretagne. La logistique est plus légère, et la préparation de frère Éric toujours aussi minutieuse. La fragilité des uns, l’âge des autres, les soucis mécaniques (Ah, les vélos Cybien !) invitent notre guide et frère à adapter constamment le programme, le rythme, les étapes… et invitent chacun… à la fraternité. Comme chacun sait le vélo est un sport individuel qui se pratique en groupe, un peu comme la vie, en somme.




Je participe depuis longtemps au Tro Breiz à vélo, et cette année, pour la première fois, j’ai compris que le Tro Breiz, ce n’est pas faire du vélo !
Pendant le circuit qui nous menait à Notre-Dame de Bon Secours, j’ai pu goûter réellement au sens profond de ce pèlerinage, dans l’esprit de la Sangha : pédaler ensemble, à l’écoute du rythme du groupe et être en même temps attentif à chacun.


Les commentaires sont fermés.